Mikaël, éleveur de chevaux

Echange avec Mikaël, éleveur de chevaux destinés à la course :

Mikaël évoque son activité mais également le matériel agricole dont il a besoin au quotidien.

Bonjour Mikaël, pourrais-tu décrire ton activité ?

Je suis éleveur et entraineur de chevaux de course. Mes clients sont des propriétaires de chevaux de course. Ils achètent des chevaux très jeunes qui sont soit dressés, soit qui ont déjà couru. Ils me les confient à l’entraînement et mon objectif est de les mettre en conditions et en valeur, en vue de courses.

Ma journée type débute par un réveil tôt le matin pour nourrir les chevaux. Puis avec mon collègue, nous montons 4 à 5 chevaux chacun par matinée avec un programme d’entraînement différent.

Combien de temps gardes-tu les chevaux avec toi ?

Dès que j’ai un cheval qui est compétitif, il reste à l’écurie. Il peut rester jusqu’à 3 ans avec nous. Il y a des moments de repos, de vacances. Ils peuvent alors partir 2 à 3 mois dans des haras.

Après 3 ans les chevaux partent à la retraite. On arrive toujours à leur trouver des reconversions (chasse à courre, concours, …).

Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans cette activité ?

Je suis issu du milieu. Mon père était jockey d’obstacles. J’ai fait une licence en économie et gestion. Après ça je suis moi-même passé jockey. J’ai eu un accident assez grave qui m’a fait perdre ma licence d’autorisation de monter. Je me suis alors reconverti, j’ai été responsable dans plusieurs écuries de course et maintenant je me lance en propre.

Je me suis installé dans un immense domaine avec plusieurs pistes plates. Je me suis orienté sur les chevaux de courses à vocation obstacles. Durant tout l’hiver, j’ai aménagé plusieurs pistes d’obstacles avec des haies en synthétiques pour pouvoir dresser les chevaux. J’ai un peu investi pour aménagé le site.

Ton activité, bien qu’un peu éloigné du secteur agricole, nécessite de nombreux équipements traditionnels de l’Agriculture. Pourrais-tu nous en dire plus ?

Nous avons un tracteur avec une herse de prairie pour reboucher les trous. Nous nous entraînons sur une piste en sable et nous sommes obligé de repasser la herse pour reboucher les trous et niveler un petit peu. Il faut absolument que les chevaux aient une piste neuve. A chaque fin de matinée, nous repassons la herse.

En cas de forte pluie, nous passons aussi la herse canadienne pour alléger le sable. Nous possédons aussi un tracteur fourche pour transporter les balles de foin et de paille.

Pour la partie entretien, nous utilisons la coopérative du coin, ils viennent avec leur matériel (broyeur, …). Le domaine fait 30 hectares. Nous avons beaucoup d’espace en friches. Pour l’entretien nous avons besoin de broyer les herbes hautes.

Je me suis installé depuis septembre 2017, c’est assez récent. Dans mon écurie, j’ai équipé tous les box d’abreuvoirs automatiques et de râteliers à foin. Je charge les râteliers à fond et ça me tient la journée. Par rapport à mon ancien employeur, nous mettions plusieurs fois du foin dans la journée et il y avait souvent des pertes.

As-tu acheté ce matériel agricole sur internet ?

Je n’ai pas acheté ce matériel en ligne mais j’aurais très bien pu. Pour la partie abreuvoir, j’ai comparé les prix sur internet. Je suis passé par un magasin pour cette fois. Si la livraison est rapide je peux bien sûr acheter sur internet les équipements agricoles dont j’ai besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *