Oh la Vache !

Échange avec Clara, fondatrice de Oh la Vache ! Clara évoque son activité ainsi que les valeurs qui lui tiennent à cœur pour le développement de Oh la Vache !.

Bonjour Clara, pourrais-tu décrire en quelques mots l’activité de Oh la Vache ! ?

Oh la vache ! est une plateforme qui permet aux citadins de s’immerger dans le quotidien d’agriculteurs. Je travaille avec des agriculteurs qui sont respectueux de l’homme et de l’environnement. Pour les agriculteurs, cela leur permet d’avoir un complément de revenus.

D’où est venue l’idée de créer Oh la Vache ! ?

J’ai fait du woofing (ndlr : concept selon lequel des fermes proposent gîtes et couverts contre un coup de main) pendant très longtemps. J’adore ça. Au bout d’un moment, je suis devenu un peu plus vieille et j’avais moins de temps à dégager pour aller à la campagne. J’avais quand même envie de vivre ces moments d’immersion et il manquait un format pour accueillir des citadins. C’est sur ce constat que j’ai décidé de lancer Oh la Vache !.

Es-tu toi-même issue du milieu agricole ?

Mes grands parents étaient agriculteurs dans le Nord Pas de Calais. J’ai vraiment grandi à la campagne. Après je suis citadine. J’ai en particulier vécu 4 ans à Berlin. Je suis un peu entre les deux : je suis une citadine qui vient de la campagne.

Y a-t-il d’autres co-fondateurs / équipe avec toi ?

J’ai créé Oh la Vache ! toute seule. Cette envie de rapprocher la ville à la campagne était très forte. Je me suis dit que je me lançais seule et que sur le chemin je rencontrerais d’autres personnes qui viendraient apporter leur pierre à l’édifice.

Je vais bientôt être entourée de stagiaires pour m’aider. Je suis également accompagnée par des gens qui apprécient le projet et me donnent des coups de main. Ce sont des ambassadeurs de Oh la Vache !. Certains sont en Bretagne par exemple et m’aident à trouver des agriculteurs. D’autres viennent parfois à Paris me donner un coup de main.

Comment répartis-tu ton temps de travail aujourd’hui ?

Le gros du sujet est de lancer un appel aux agriculteurs. C’est ce qui me prend le plus de temps aujourd’hui. Je suis engagée pour une agriculture respectueuse de l’homme et de l’environnement. Oh la Vache ! n’est pas destinée à organiser des visites de ferme. L’idée est d’aller plus loin et de permettre à l’agriculteur de montrer son métier. C’est une initiation pour les citadins qui participent. Je cherche donc des agriculteurs qui ont envie de transmettre.

Pour être initié au métier d’agriculture, il faut plus que quelques heures. Est-ce qu’Oh la Vache ! propose des formules sur de longues durées ?

Nous ne sommes effectivement pas sur des formats de 2 ou 3 heures. Ce n’est pas suffisant pour transmettre. Notre format standard dure 2 à 3 jours.

Depuis combien de temps as-tu créé Oh la Vache ! ?

La société existe depuis novembre dernier. Aujourd’hui j’ai un réseau de quelques dizaines d’agriculteurs et il y a déjà eu plusieurs réservations. MyLittleParis a notamment beaucoup communiqué sur Oh la Vache !, ce qui a aidé. Les premiers séjours ont eu lieu pour les agriculteurs et pour les citadins, avec des retours très positifs des deux côtés.

Quelles sont les perspectives pour l’année à venir ?

J’essaie de travailler au maximum avec les réseaux locaux (réseaux agricoles implantés dans les territoires). J’ai vraiment envie de mobiliser des « ambassadeurs » d’Oh la Vache !. J’aimerais avoir des gens qui prennent le relais dans les grands zones de France. Le format pour ces gens est encore ouvert. Ce qui est important pour moi c’est de ne pas aller trop vite et de sélectionner des agriculteurs qui respectent les valeurs d’Oh la Vache ! Je ne veux pas faire de compromis sur ce point. En revanche je veux ouvrir Oh la Vache à des logiques collaboratives, avec un modèle à définir.

Au-delà de l’activité de l’entreprise que tu as créée, on ressent vraiment une recherche de sens dans ce que tu dis. Est-ce que je me trompe ?

La question du sens prime sur le reste. En voyant les retours des premiers circuits, des témoignages d’agriculteurs et de citadins, je me suis rendue compte qu’il y avait un attrait très fort pour cette démarche. Je n’ai pas envie de perdre ça. Si au final je ne travaille qu’avec 100 agriculteurs et qu’on met 4 à 5 ans à se développer, ce ne sera pas grave. Je ne veux pas lésiner sur les valeurs et sur les qualités d’accueil des agriculteurs Oh la Vache !.

Un mot peut-être pour conclure ?

L’objectif d’Oh la Vache ! est de créer des moments où les citadins sont là pour mettre la main à la patte, se mettre au vert et apprendre un savoir faire. C’est vraiment ce qui caractérise Oh la Vache !. Ce n’est pas de la visite de ferme, c’est de l’initiation.

Aujourd’hui, nos citadins sont souvent des couples et des familles qui ont envie de mieux comprendre leur alimentation, qui ont envie de savoir, de rencontrer les gens qui produisent ce qu’ils mangent et de se reconnecter à l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *