Julien, vigneron au Domaine Castell-Reynoard

Échange avec Julien, propriétaire du Domaine Castell-Reynoard. Julien évoque son activité et son projet de création d’un écosystème agricole pour lequel il a lancé une campagne de financement participatif.

Bonjour Julien, pourriez-vous décrire en quelques mots votre activité (localisation, superficie de l’exploitation, date d’installation, mode de production et de commercialisation, histoire du domaine, …) ?

Le Domaine Castell-Reynoard se situe sur la commune de la Cadière d’Azur, dans le Var. C’est un domaine familiale : je m’y suis installé en 2010 en tant que 5ème génération sur place. Le domaine a été porté à 8 ha sur 8 blocs de parcelles différentes. Toutes les parcelles historiques étaient conduites en traditionnel (assimilable au Bio d’aujourd’hui, soit sans chimie) et 2,5 ha achetés étaient en conventionnels.

Le Domaine Castell-Reynoard a été agréé en Bio en 2014 et Demeter (Biodynamie) en 2017. La cave a été construite en 1892, la maison familiale date, elle, de 1855.

domaine-castell-reynoard-entrée
Entrée du Domaine Castell-Reynoard (crédits : http://www.castell-reynoard.com)

Quel est votre parcours professionnel ? Avez-vous toujours été viticulteur ? Si non, que faisiez-vous auparavant et qu’est-ce qui a motivé votre changement de métier ?

Je suis né sur le terroir où je travaille aujourd’hui et j’y ai commencé à travailler dès le plus jeune âge. J’y ai passé toutes mes vacances à partir de 16 ans.

J’ai suivi un cursus agricole avec :

– un BAC Agronomie à Hyères

– un BTSA Viti-Oeno à Avignon

– une Licence en Commerce Vins à Suze-la-rouse

– … et quelques expériences dont une de 6 mois en Californie.

Vous avez décidé de produire en biodynamie. Pourriez-vous expliquer en quelques mots ce que cela veut dire concrètement ? Pourquoi était-ce important pour vous d’utiliser ce mode de production ?

La biodynamie consiste à voir la culture, l’exploitation comme un organisme vivant riche d’une biodiversité. C’est beaucoup d’observation, de recherche et de remise en question pour apporter le plus d’autonomie possible aux cultures et aux animaux. La biodynamie, c’est aussi travailler à la construction de réserve pour la flore et la faune sauvage.

Cependant, elle n’est pas une finalité pour moi, je me dirige en plus de la biodynamie vers de la recherche sur l’établissement d’un écosystème agricole en prenant exemple sur la permaculture et surtout les milieux forestiers naturels.

Vous avez lancé une campagne de financement participatif ? Pourriez-vous nous dire quelques mots sur votre projet ?

Mon ambition est de créer un écosystème agricole (Agro-écosystème Viticole) qui a pour but de redonner au sol une approche de sol forestier et sans travail. Je souhaite également construire des lisières pré-forestières (surtout pas de haies de résineux) de 5 à 10m de large, riches en diversité et protectrices pour la biodiversité.

Le projet vise aussi à mettre en place sur les parcelles 400 arbres /ha par l’intermédiaire de plantation de noyaux et glands de chênes (et surtout pas par la plantation d’arbres). Je souhaite procéder de la même façon pour des plantes potagères. Tout cela sera réalisé sans intrants, ce qui va engendrer une importante sélection naturelle les premières années afin de créer une banque de semences autochtones et transmissibles. Il s’agira d’adapter chaque nouvelle génération de graine au milieu.

Ensuite, je réaliserai l’implantation de volailles (poules, canards, oies) dans chaque parcelle pour compléter les productions et gérer les éventuels ravageurs.

Il y aura enfin évidemment des ruches pollinisatrices et de production.

castell-reynoard-moutons
Moutons pour tondre et enrichir en matière organique le sol (crédits : http://www.castell-reynoard.com)

La page de la campagne de financement est disponible ici : https://bluebees.fr/fr/project/440-clos-castell.

Qu’aimez-vous dans votre métier ? A l’inverse, y a-t-il des choses que vous aimez moins ?

Le plaisir de créer des produits d’exception et surtout de voir évoluer l’environnement et la nature sur place.

Y a-t-il un sujet que vous souhaiteriez évoquer et qui caractérise votre activité ? 

Il y a beaucoup de sujets que l’on pourrait encore aborder  l’agro-écologie, la vie du sol, etc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *