Terra Innova

Entretien avec Nathaniel, fondateur de Terra Innova, une société visant à réutiliser et à valoriser les terres excavées sur des chantiers de travaux publics. Nathaniel décrit l’activité de son entreprise.

Bonjour Nathaniel, pourrais-tu décrire en quelques mots l’activité de Terra Innova ?

Terra Innova est une société de services en ingénierie dont le but premier est de réaliser de la valorisation de terres de chantier. Le but second, qui arrive juste après est de créer et d’améliorer les sols et écosystèmes agricoles grâce à ces terres de chantier.

Dans le secteur du BTP, on gaspille environ 160 millions de tonnes de terre chaque année et notamment sur les matériaux fins (argile, limon, sable, …) que l’on trouve de manière classique lorsque l’on creuse des trous pour les logements ou des tunnels de métros.

Je suis un ancien ingénieur BTP et je me suis arraché les cheveux en voyant cela ! On ne savait pas du tout où mettre ces terres de chantier. Les entreprises BTP dépensent beaucoup d’argent et d’énergie pour les jeter. Que ce soit par exemple avec les anciennes carrières. Les entreprises les rebouchent et paient bien sûr pour cela. Il peut parfois y avoir des arrangements avec des agriculteurs lors d’exhaussement de terrain mais aujourd’hui cela coûte tout de même et reste difficile à réaliser aujourd’hui.

Pour être plus précis, un exhaussement de terrain veut dire que l’on va remonter la topographie d’un terrain (de 1 ou 2 mètres par exemple). Le procédé classique est d’enlever la couche de terres arables (30 cm environ) que l’on trouve sur les terres agricoles. On va amener les terres de chantier dont on veut se débarrasser, les régaler au sol et ensuite remettre les terres arables.

Comment se rémunérera Terra Innova ?

Le principe est que l’on se rémunère auprès des producteurs de terre du BTP à 95%. L’agriculteur n’aura quasiment rien à payer pour ce qu’on va lui proposer. On va lui proposer des solutions de modelés paysagers à forte valeur ajoutée au niveau environnemental et agricole. Par exemple des haies bocagères sur talus qui seront 10 à 50 fois moins chères que si elles étaient réalisées de manière classique. La même chose pour un sol, en étudiant très finement la composition des terres qui sont excavées (composition chimique, structure, …) on va être capable d’améliorer la productivité d’un sol. Par exemple, pour des sols très argileux, nous pourrons y intégrer des matériaux légers type sable, etc. Certaines propriétés de terres d’excavation sont d’ailleurs intéressantes, pour moduler le pH de terres agricoles par exemple.

Dans le secteur du BTP : personne ne regarde l’intérêt agronomique des matériaux. Chez Terra Innova, nous allons étudier l’aspect bactériologique et agronomique de façon à faire la meilleure utilisation possible de la terre excavée. Il y a plusieurs intérêts à cela. C’est un apport pour la biodiversité d’une part. L’idée est de bien réfléchir à créer un habitat spécifique à un auxiliaire de culture. Cela peut permettre de diminuer les pesticides à appliquer sur les parcelles entourées par nos haies sur talus. Nous réalisons aussi des haies sur talus qui seront des habitats propices à loger des abeilles et à les nourrir avec l’implantation d’essences mellifères destinées à se relayer pour être en floraison toute l’année.

En résumé, notre valeur ajoutée va être de ramener de la fertilité à tout l’écosystème agricole grâce aux terres de chantier, et cela à des coûts défiants toute concurrence pour les agriculteurs, voire gratuitement.

Sur une opération type d’excavation de terres, nous pourrons faire économiser jusqu’à 40% à l’ensemble des acteurs BTP. Sur un chantier moyen, cela coûte environ cent mille euros d’évacuer des terres. Sur ces cent mille euros, nous allons économiser beaucoup, et notamment sur le transport. Sur cette économie réalisée de 40%, nous allons prendre 15% et en laisser 25% au BTP. Il y a d’ailleurs des Maîtres d’ouvrages publics qui sont prêts à payer plus cher nos solutions car elles sont plus vertueuses que celles existant actuellement.

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

J’ai 33 ans et j’ai travaillé 10 ans dans les Travaux Publics en tant qu’Ingénieur Travaux . C’était passionnant au niveau technique mais harrassant. J’ai toujours eu la volonté de créer une société. Je me suis focalisé sur les terres de chantier parce qu’il s’agit de l’un des plus gros gaspillages du secteur BTP. Je considère que ces terres ne sont pas un déchet mais une ressource. Plus j’ai avancé dans la découverte de cette richesse et plus j’ai entrevu des opportunités se dessiner.

Combien êtes-vous à travailler chez Terra Innova ?

Terra Innova existe depuis février mais cela fait 1 an et demi que je travaille sur ce projet. J’ai un stagiaire aussi mais je travaille surtout en partenariat. Je m’occupe de la partie commerciale et d’aller chercher des chantiers. Je suis ensuite accompagné de différents partenaires pour réaliser les opérations : des partenaires en agroforesterie, en agronomie/microbiologie des sols, en permaculture, en sols pollués, etc.

J’ai aussi un partenaire informatique pour l’optimisation des transports en Back Office. Sur une affaire nous pouvons être 3 ou 4 personnes à intervenir.

Il y a une vraie dimension environnementale dans Terra Innova. Etes-vous parvenu à obtenir des subventions dédiées à ce type de projet durable et responsable ?

La société est hébergée à l’Ecole des Mines de Nantes (IMT Atlantique). Nous sommes également accompagnés par Atlanpôle (un conglomérat réunissant Nantes métropole, etc). Nous bénéficions de cet écosystème là qui nous aide énormément. Il y a aussi des subventions ADEME et BPI que l’on pourra aller chercher. Nous avons des projets de Recherche et Développement liés à l’informatique car notre objectif est de réussir à identifier automatiquement la meilleure valorisation des terres de chantier pour l’agriculture. A terme nous voudrions être efficace là-dessus. L’ambition est de pouvoir devenir la référence sur la valorisation des déchets du BTP pour régénérer l’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *