Adopte ma tomate

Entretien avec Octavia, fondatrice de « Adopte ma tomate », une association  qui met en relation des propriétaires de jardins avec des personnes désireuses de mettre la main au vert.

Bonjour Octavia, pourriez-vous décrire en quelques mots l’origine, les objectifs et le fonctionnement d’Adopte ma tomate ?

Campagnarde à l’origine, avec toujours le jardin de mes parents et les bons légumes qu’ils faisaient pousser, je me suis retrouvée il y a 4 ans habiter à Toulouse, en plein centre ville, dans un appartement. Pas de jardin et pas de légumes….
Ce manque a donné naissance à un désir : celui de faire pousser mes propres légumes, mais aussi de passer du temps dans la nature, avec mes mains dans la terre.

La belle surprise je l’ai eu pendant un weekend de marathon d’innovation, Wo’mixcity, organisé par les Digital Girls. La thème du weekend était « Combattre le réchauffement climatique » et moi je me suis positionnée dans la catégorie « Agriculture et alimentation ». L’idée que j’avais proposé : utiliser les espaces verts dans la ville pour faire pousser des potagers. Après un weekend intense de travail en équipe avec 7 autres personnes, les premières bases d’Adopte ma tomate ont étés mises.
Entre temps l’équipe et la proposition ont bien évidemment changé. 🙂

Concrètement, Adopte ma tomate est une application web disponible sur le téléphone portable et qui propose la mise en relation entre des propriétaires de terrain qui ne peuvent plus s’en occuper et des gens désireux de travailler dans des jardins. Avec les fonctionnalités que nous développons dans l’appli, il va y avoir aussi un suivi des terrains. Nous allons proposer la création d’équipes par jardin. En échangeant avec nos utilisateurs nous avons remarqué que les gens n’ont plus le temps de s’occuper de leur potager et nous avons proposé de constituer des équipes. Nos développements en cours vont donc permettre de gérer les équipes et le temps passé par chaque personne dans le jardin.

Nous proposons également par ailleurs aux entreprises la création de potagers afin d’améliorer la qualité de vie au travail et la cohésion de leurs équipes.

Quel est votre parcours professionnel ? Quel est votre lien avec le jardinage ?

Je suis ce que j’ai découvert qu’en France on appelle « un couteau suisse » 🙂

Pendant 10 ans en Roumanie j’ai travaillé dans des grands groups comme Hewlett-Packard (HP) et j’ai eu l’occasion d’être dans un milieu multiculturel et international. Relation client (revendeurs moyens et grands groups), gestion des commandes, définition et mise en place du processus, étaient quelques unes de mes responsabilités.
Une fois arrivée en France j’ai décidé de reprendre mes études et j’ai intégré un master de management d’affaires internationales en alternance et j’ai été chargée communication interne à Capgemini pendant les 2 ans d’études.

Le jardinage je ne l’ai pas appris au travail. C’est dans le jardin de mes parents que je l’ai appris, pendant mes vacances d’été et les weekends. Manger sainement et en circuit court, c’était pour moi la normalité.

Vous avez lancé une campagne de financement. Pourriez-vous décrire en quelques mots votre projet et la manière dont vous utiliserez les sous collectés ?

Nous développons l’application Adopte ma tomate. Cela fait 10 mois que nous travaillons dessus. C’est mon mari Olivier qui code après son travail (le soir et le week-end) et nous travaillons avec deux stagiaires en reconversion professionnelle. Cela fait que l’avancement du développement n’est pas très rapide. Nous sommes arrivés à un moment où nous avions besoin d’expertise afin de définir les dernières lignes de l’application. D’où ce besoin de « coup de boost » financier aujourd’hui !

Qu’aimez-vous dans le jardinage ?

Le calme, la reconnexion à soi-même et à la nature, le respect de toute forme de vie. Et en plus je sais exactement ce que je mange.

Quelles ont les perspectives pour Adopte ma tomate ? Quelles sont vos ambitions pour la suite ?

Le lancement de l’application avec toutes ses fonctionnalités va nous permettre d’accélérer le processus de mise à disposition des jardins mais aussi de mise en relation entre le propriétaire et les futurs jardiniers.

Qui dit application dit sans frontières. Et notre but est de toucher au plus grand nombre de personnes et jardins, quel que soit leur emplacement.

Notre but pour cette année : passer de 300 à 500 utilisateurs et signer nos premiers contrats avec les entreprises.

Pour conclure, y a-t-il quelque chose dont vous n’avez pas parlé et qui vous caractérise, vous ou votre activité ?

Pour moi constituer la communauté des tomates c’est que du plaisir. Il y a bien entendu le stress quotidien lié à la création d’entreprise mais j’aime rencontrer nos utilisateurs et découvrir qu’ils sont, quelle est leur histoire. Quand cela est possible, je vais aller faire la mise en relation en personne, pour témoigner de ce beau phénomène de création du lien social.

Et un petit secret sur moi : J’aime les tomates !!!
Un commentaire Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *