Arnoult Pêcheur de Loire

Entretien avec Sylvain Arnoult, pêcheur professionnel sur la Loire depuis 2012.

Depuis combien de temps êtes-vous pêcheur ? Qu’est-ce qui vous a motivé à exercer ce métier ?

Je suis pêcheur depuis 6 ans. Ce qui m’a motivé à exercer ce métier, c’est la possibilité de vivre au bord de la Loire et l’opportunité de poursuivre la tradition familiale. En fait ma famille aussi pratiquait ce métier.

Quels poissons pêchez-vous et comment les commercialisez-vous ? 

Nous pêchons toutes les espèces selon les saisons mais notre pêche cible surtout les Ciprinides (chevrons, carpe, Brême…) : espèces existant en abondance dans la Loire. Pour ce qui concerne la commercialisation 90% de notre production est commercialisée à travers la vente directe.

Nous travaillons avec un restaurant (maison d’à Côté à Montlivault) et quelques épiceries fines.

Pourriez-vous raconter une journée type de votre métier ?

 Nous calons des filets au coucher du soleil pour les relever au lever du jour.

Retour au labo au plus vite: démaillage poissons, pesée, remplir carnet de capture, glaçage et chambre froide

arnoult_peche_poissons

– Filetage, mise sous vide, surgélation, stockage nettoyage labo

– livraison

– nettoyage filet et réparation si besoin pour caler filet le soir

– semaine de préparation pour transformation: cuisson, refroidissement et mise chambre froide

– préparation le lendemain

– le lendemain empotage et stérilisation des terrines

Qu’aimez-vous dans votre métier ? A l’inverse, y a-t-il des choses que vous aimez moins ?

Ce que j’aime le plus dans mon métier est la liberté, la nature, la Loire. J’aime pouvoir organiser mon temps comme je souhaite.  Ce que je n’aime pas:  la sécheresse de l’été avec le développement de l’algue.

pecheur_vie_peche

Y a-t-il un dernier sujet que vous souhaiteriez aborder et qui caractérise votre activité, ou bien tout simplement vous-même ?

La chose importante à nos yeux, pour ma femme et moi, est la préservation de la ressource qu’on met en place en pratiquant une pêche durable d’où l’intérêt d’avoir développé un atelier de transformation pour pouvoir valoriser les espèces dites avec arrêtes. Avoir moins à pêcher et vendre mieux le poisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *