Graine de choc

Entretien avec Graine de Choc, l’entreprise des produits alimentaires à base de féveroles : « Il y a encore du pain sur la planche… Et de l’avenir pour cette graine incroyable ! »

Bonjour Béatrice, pourriez-vous décrire en quelques mots Graine de Choc ? D’où vient-il ce joli nom ?  

Graine de choc est une entreprise qui fabrique des produits alimentaires à base de féveroles.

La féverole est une graine qui dépasse tout ce que l’on aurait pu imaginer en termes de fonctionnalité et de goût… D’où le nom : Graine de Choc !

En septembre 2017, Béatrice Maire, chef d’entreprise, chocolatière autodidacte découvre la féverole sur le stand de la coopérative Agora lors d’une manifestation agricole.

À la suite des échanges avec un des responsables, elle repart avec 5 kg de graines dans l’idée de les cuisiner.

Après une première dégustation sous forme de purée salée, Béatrice associe la féverole avec du sucre et une pointe de vanille et obtient une « tartinade » très onctueuse, au goût proche de la crème de marron, qu’elle appelle « crème de féveroles ».

Puis vint ensuite l’idée de l’associer avec du chocolat, Béatrice obtient alors une prémisse de pâte à tartiner… et voilà le Tartimouss ! était né.

graine_de_choc_tartimouss_feverole

Suivirent alors quelques mois de travail afin d’obtenir cette texture onctueuse et légèrement mousseuse, caractéristique de cette pâte à tartiner.

Quelle est l’histoire de la naissance de votre Tartimouss ! ? Qu’est-ce qui caractérise votre pâte à tartiner ? 

Tartimouss ! est constitué de plus de 42 à 49% de féveroles, en fonction des parfums. L’utilisation de la féverole permet de texturer la pâte à tartiner sans ajout de matière grasse et également de réduire la quantité de sucre de 30% par rapport à une pâte à tartiner classique. La protéine végétale donne la texture légère et stable à toutes T°c.

Tartimouss ! se décline en une gamme de 9 saveurs.

Comment commercialisez-vous vos produits ?   

Pour l’instant le produit est distribué encore à échelle locale. Environ 45 points de ventes composés de magasins de producteurs, Gammvert, Intermarché et Leclerc, distributeurs automatiques de produits locaux et une boutique en ligne permettant d’approvisionner les consommateurs de toute la France.

Un éventuel partenariat est en cours avec la Belgique et une étude de marché avec l’Allemagne.

graine_de_choc_tartimouss_chocolat_gamme
Quels sont les principaux bienfaits de la féverole ?

La féverole est un trésor de bienfaits nutritionnels : riche en fibres et en protéines, pauvre en graisses, elle contient également des polyphénols (anti-oxydants) et grâce à son index glycémique bas, elle apporte rapidement un sentiment de satiété et évite les pics de glycémie.

Sa protéine a des propriétés fonctionnelles très intéressantes, ce qui me permet de texturer des produits habituellement riches en graisse et en sucres en supprimant ces derniers.

Enfin, au niveau organoleptique, c’est la légumineuse qui laissera le moins (voir aucun) goût parasite « végétal ». Mais cela, à condition d’utiliser les bonnes variétés !!

Et bien évidemment, on ne parle plus de ses vertus agronomiques…

Combien êtes-vous à travailler chez Graine de choc ? Qu’aimez-vous dans votre métier ? 

Jusque-là j’étais toute seule dans l’entreprise. J’ai eu un ou deux stagiaires dans le courant de l’année. Aujourd’hui, Jenna vient de me rejoindre pour s’occuper de la partie commerciale/communication.

Mon domaine à moi étant la production et la R&D (recherche et développement), ce que j’aime le plus dans mon métier, c’est découvrir les propriétés incroyables et insoupçonnées de cette graine jusque-là délaissée.

C’est comme de la magie. Des heures à chercher, essayer, rater, mais quand on obtient ce qu’on voulait, quel bonheur et quelle fierté ! A chaque pas en avant on se rend compte que l’horizon est encore plus loin. Chaque nouvelle découverte ouvre de nouvelles perspectives.

Quel est votre parcours personnel plus dans le détail ? 

J’ai un parcours plutôt atypique : passionnée d’équitation, je passe mon Brevet d’Etat à 19 ans et enseigne l’équitation. Un an plus tard je crée mon entreprise et je commercialise des chevaux et poneys que je dresse et valorise dans tous les domaines (club, loisirs, compétitions…). Puis en 2015, à la suite de plusieurs accidents et usée par le métier, je crée par passion ma petite chocolaterie.

J’apprends sur le tas, je fabrique des tablettes, des moulages, sujets et pralinés. En janvier 2017 j’abandonne totalement l’activité équestre que je remplace par une ferme pédagogique pour attirer les clients en dehors de Pâques et Noël à la chocolaterie. Puis en 2018, suite au succès de Tartimouss ! (avec plusieurs challenges remportés, dont Prot’eat, InvivoQuest…) je décide de me consacrer totalement au développement de ma pâte à tartiner.

graine_de_choc_pate_tartiner_tartimouss

Dès le début j’ai la perspective de développer d’autres produits et je me retrouve plongée dans le monde de l’agro-alimentaire qui m’est totalement inconnu. La route est longue et semée d’embûches, mais j’avance petit à petit.

Y-a-t-il un dernier sujet concernant Graine de choc que vous souhaiterez aborder ? Avez-vous des projets en cours ?

En dernier sujet, et surtout en réponse à la question que tous les agriculteurs vont se poser : « Non, la bruche n’est pas un problème ». J’ai un procédé qui permet d’éliminer toutes les éventuelles impuretés et je suis très exigeante sur le tri et dépoussiérage des graines. J’ai contractualisé directement avec cinq agriculteurs de la région, qui avaient répondu favorablement à mon appel d’offre. J’ai décidé de rémunérer justement les agriculteurs, en prenant en compte les rendements aléatoires de la féverole. Les agriculteurs sont payés 480€ la tonne. Certains sont certifiés bio, d’autres en cours de certification, et un autre est en agriculture de conservation. Je lui ai alors fait un cahier des charges l’autorisant à un désherbage avant semis. Je pense que tout le monde s’y retrouve comme cela.

Mes projets ? Augmenter les circuits de distributions pour la pâte à tartiner.

Je viens également de mettre au point des meringues végétales, composées de 69% de féveroles et 29% de sucre, un peu de citron et c’est tout.

graine_de_choc_meringues_végétales

Le prochain défi est de réussir à fabriquer des grosses meringues pâtissières, puis des macarons.

En janvier je m’attaque au développement d’un « substitut d’œuf » naturel à base de féveroles et d’une gamme salée ! Il y a encore du pain sur la planche… Et de l’avenir pour cette graine incroyable !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *