Pierre-Etienne et Charlotte Serey du Château Les Hauts de Caillevel

La rubrique « Histoires d’Agris », vous présente Pierre-Etienne et Charlotte Serey, viticulteurs

Pierre-Etienne et Charlotte, propriétaires du Château Les Hauts de Caillevel, ont été sélectionnés pour bénéficier de notre programme #SoutienAuxAgri. Leur activité viticole est en effet aujourd’hui fortement menacée par la crise sanitaire du Covid-19.

Le jeune couple est propriétaire d’une petite exploitation située sur la colline de Monbazillac en Dordogne, conduite en agriculture biologique. La propriété offre aux visiteurs une magnifique vue sur le vignoble et sur les collines voisines.

pierre-etienne_charlotte_chateau_les_hauts_caillevel

Au Château Les Hauts de Caillevel, Pierre-Etienne et Charlotte produisent des vins Bio et Naturels tout en respectant l’homme et la nature. Au quotidien, c’est un travail de rigueur, d’écoute et d’observation.

Sur leur site internet, vous pourrez y lire : « Nous souhaitons conserver la matière vivante du vin, tout en veillant à le stabiliser pour apporter l’équilibre entre plaisir et naturel. »

Ils produisent des vins Blancs (Sauvignon Blanc, Chenin, etc.) ; des vins rouges (Merlot, Cabernet Sauvignon, etc.) ; des vins Rosés (Malbec, etc.) et le Monbazillac (Muscadelle, Sémillon, etc.).

Aujourd’hui, la crise du Covid-19 menace très fortement leur activité, car ils n’ont plus aucune commande et tous les salons viticoles ont été annulés. Leur activité a également été perturbée car ils ont eu des gelées – liées aux changements climatiques – qui ont impactées les récoltes de l’année passée.

Les fonds collectés grâce à notre cagnotte solidaire leur permettront de limiter l’impact du Covid-19 sur leur activité, tout en perpétuant le savoir faire traditionnel caractéristique du Château Les Hauts de Caillevel.

Par ailleurs, et si possible, cela leur permettra également d’investir dans une machine (tour anti-gel) pour braver les épisodes de printemps gélif qui se répètent de plus en plus souvent et impactent plus de la moitié de leur production.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *