Répercutions de la pénurie d’acier sur les équipements agricoles

Depuis plusieurs mois, la pénurie d’acier et l’augmentation considérable des prix ont eu des impacts quotidiens sur nos exploitations agricoles françaises. Cette inflation se répercute actuellement sur les prix des équipements et matériels agricoles finis mais aussi sur les délais de livraison.

Pourquoi cette pénurie puis cette inflation ?

Au printemps 2020, la COVID-19 a entrainé une chute de la demande puis une mise à l’arrêt de plusieurs aciéristes et hauts fourneaux en France, en Europe mais aussi dans le monde (trois usines arrêtées en France en mars 2020 par ArcelorMittal).

A l’été 2020, les aciéristes chinois sont repartis dans un cycle de forte production faisant main basse sur la matière première. Pendant ce temps, la France mais aussi d’autres pays n’ayant pas suffisamment de visibilité sur le marché, n’ont pas pu relancer aussitôt l’intégralité de leurs moyens de production.

La Chine s’est aussi montrée très gourmande en minerais de fer en augmentant ses importations de 98 % entre avril 2020 et janvier 2021. Sa forte activité a ainsi déstabilisé le marché. Cela a engendré une course menée par la Chine avec des pays occidentaux derrière comme la France.

Quel impact sur les équipements agricoles ?

Les discussions de campagne, les articles de presse agricole et les réseaux sociaux ont rapidement relayé le message. Qui n’a pas entendu l’été dernier que l’acier était passé de 500 à 1000 € la tonne ? En effet, le prix de l’acier de nuance S355, le plus utilisé par les constructeurs, est passé de 500 à 1 000 € la tonne. Ce qui explique aujourd’hui l’augmentation de prix entre 5 et 25% en fonction du matériel agricole (Par exemple : La hausse tarifaire cumulée pour des caissons à lisier s’élève à + 25 % par rapport au tarif sorti début 2020).

Quel impact pour 2022 ?

Pour le moment, nous n’avons que peu de perspectives sur le devenir des prix de l’acier au vu des derniers mois et de la pandémie mondiale. Mais d’après certains articles de presse sur les marchés, les prix de l’acier ne devraient pas baisser avant le second trimestre 2022, portés par la flambée des coûts des matières premières, du transport, de l’électricité conjugués aux réductions de production opérées en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.