Andaineur : Toupille, soleil ou tapis que choisir ?

L’andaineur à rotor 

Fonctionnement de l’andaineur 

L’andaineur à rotor est l’un des premiers créés, mais aussi l’un des plus utilisés. Cet équipement de fenaison permet de mettre en andain le foin étalé par la faneuse. En effet, une fois le foin sec ou l’herbe humide (enrubannage) doit être rassemblé dans un monticule afin de pouvoir être absorbé par le pick up de la presse et être mis en balle. 

L’andaineur à rotor est composé d’un à six rotors (toupies). Chaque rotor a tout sur un axe central et est équipé de bras. En fonction de la grandeur du rotor le nombre de bras varient entre 6 à 12. Ces bras d’andaineur sont équipés de peignes avec des doigts légèrement flexibles en acier. Ces peignes viennent gratter le sol en entraînant l’herbe vers l’andain. 

Cette andaineur est simple d’utilisation, il se branche sur cardan et tourne pour la plupart du temps en 540 tours sur prise de force économique. Quelle que soit sa taille, cette typologie d’andaineur ne demande que peu de puissance.  

Débit et qualité de travail 

Le débit de chantier d’un andaineur à rotor dépend du nombre de toupies ou rotors mais aussi, de la grandeur de la toupie. La vitesse du tracteur doit être adaptée en fonction de la morphologie du matériel. La plupart du temps, les vitesses de travail avec cette typologie d’andaineur peuvent osciller entre 5 et 12-15 km/h en fonction de  la matière et de la morphologie de la parcelle. Cet andaineur est un outil simple et réalisant un bon travail lorsqu’il est correctement réglé. En cas de mauvais réglage vous risquez de mettre de la terre ou de la pierre dans votre andaint. L’andaineur ne demande que peu d’entretien sauf des graissages réguliers sur les axes de rotation 

Conseil PRO : Afin de régler correctement votre andaineur au niveau de la hauteur. Coupez votre prise de force et faites en sorte qu’une bonne main à plat sur le sol, passe sous vos peignes sur les bras orientés vers l’avant de votre toupie. Ainsi, vous ne mettriez pas de terre dans votre andain et vous ramasserez toute la matière. 

Andaineur à tapis 

Fonctionnement de l’andaineur 

L’andaineur à tapis a trouvé sa place durant les 20 dernières années. Il est équipé d’un pick up sur toute sa longueur permettant de faire monter la matière sur un long tapis rotatif d’environ un mètre de large. Celui-ci rassemble la matière au centre de l’andaineur ou l’éjecte sur les côtés. Les tapis peuvent tourner  dans les deux sens permettant une flexibilité de travail. La largeur de ces andaineurs peuvent aller de 2 à 13 m. L’entraînement est sur prise de force entre 540 et 1000 tours par minute, souvent possible en mode économique. Ces andaineurs nécessitent plusieurs sorties hydrauliques sur votre tracteur ( repliage, réglage, tapis) . Cette andaineur ne demande que peu de puissance. Tout dépend de sa taille, mais les fortes puissances de traction et d’entraînement ne sont pas nécessaires. Ces andaineurs nécessitent un peu plus d’entretien que les rotors. En effet, en plus des graissages, il est nécessaire de vérifier régulièrement les tapis, les dents du pick-up, mais aussi les moteurs hydrauliques. La mécanique sur les andaineurs à tapis est plus complexe que sur les andaineurs à toupie. C’est aussi les andaineurs qui coûtent le plus cher à l’achat au mètre de travail. 

Débit et qualité de travail de l’andaineur 

L’andaineur à tapis est un réel atout dans le débit de chantier, mais aussi dans la qualité des andains. 

Par rapport à un andaineur à rotor, les tapis permettent de gagner 3 à 4 km/h en moyenne soit en fonction de sa largeur et de la morphologie de la parcelle entre 2 et 4 ha/h.  

Les patins sous les tapis font en sorte que les doigts du pick-up ne grattent pas par terre. Cela permet donc de limiter la terre et le nombre de pierres dans les andains. Les études montrent que les andaineurs à tapis fond des andains avec moins de pierre que les rotors.

Le problème rencontré avec les tapies est  : 

  • Lorsque votre andaineur à une largeur conséquente et que vous avez un fort rendement en foin. Vous risquez de bourrer sous la voûte entre le deux roues du chariot et ainsi faire de gros andains. 

Le débit, la vitesse de travail ainsi que la qualité des andains restent les points forts de l’andaineur à tapie. 

Conseil : Afin de valoriser le débit de chantier, il est conseillé d’avoir de belles parcelles (minimum 3-4 ha). 

Les autres andaineurs

Le soleil

Encore peu utilisé par rapport à ses deux frères, l’andaineur soleil est en train de faire son trou dans les exploitations. Pourtant, historiquement, le soleil était l’un des premiers andaineurs utilisés par le monde agricole. Il avait disparu dans les pays de l’ouest de l’Europe. 

À l’achat, cette solution soleil est la moins chère, c’est aussi la plus simple techniquement et mécaniquement. Seule la traction permet le regroupement du foin au centre de l’andaineur. 

Dans des conditions optimales, elle peut atteindre les 25 km/h, mais la moyenne se situe plutôt entre 8 et 15 km/h. Cet andaineur ne demande que peu de puissance de traction un quelque soit la grandeur un tracteur (retrouvez notre article sur le tracteur de l’année 2022) de 80 – 100 chevaux suffit (70- 80 chevaux pour un 8,50 m). 

Disparu des campagnes depuis de nombreuses années, l’andaineur soleil (re)séduit à nouveau par sa simplicité, son débit de chantier et son coût. Il faut juste savoir maîtriser et régler correctement la pression sur le sol et la vitesse d’avancement. Cet outil ne demande que peu d’entretien hormis les graissages réguliers. 

Vous pouvez également lire notre article sur les fendeuses à bois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.