Tout savoir sur la culture des artichauts

L’artichaut est une plante qui a autant sa place dans un potager que dans un massif de fleurs. De nature exigeante, ce légume se cultive surtout dans les climats chauds et tempérés, à l’abri du vent. Alors, comment cultiver l’artichaut sous toutes ses formes et procéder à une belle récolte ? 

Qu’est-ce que l’artichaut ? 

L’artichaut ou le Cynara scolymus en latin est une plante vivace qui provient du bassin méditerranéen et appartient à la famille des Astéracées. La culture de l’artichaut a pris une réelle influence aux alentours du XVème siècle en Italie et celle que l’on connaît aujourd’hui est la forme domestiquée d’un chardon sauvage. 

La tige de ce légume peut aller jusqu’à 2 mètres avec un feuillage épais et hétérogène. La partie comestible de l’artichaut est un capitule récolté avant que les fleurs se développent. Ce bouton floral se compose : 

  • Des écailles, la base que l’on mange qui ressemble à des fleurs 
  • Le réceptacle floral, la base de la fleur sur laquelle se développent des fleurs de couleurs violettes et bleues. Lorsqu’on enlève la partie florale, on peut consommer la base charnue. 

L’artichaut est un légume riche en fibres, vitamine C, vitamine B3, magnésium, phosphore, potassium et cuivre. Il est également pauvre en lipide et cholestérol et peut donc être consommé à volonté. Par ailleurs, ce légume possède des vertus médicinales grâce à ses feuilles qui contiennent de la cyranine, un détoxifiant et diurétique très efficace. Enfin, l’artichaut s’avère être un légume excellent pour les diabétiques, puisqu’il contient de l’inuline qui n’impacte pas le taux de glycémie. 

Il existe différentes variétés d’artichaut : 

  • L’Épineux : produit en Italie, c’est une variété tendre 
  • Le gros camus de Bretagne : C’est le plus gros artichaut et le plus connu en France 
  • Le gros vert de Laon : cette espèce est surtout cultivée dans le nord de la France pour sa résistance au froid. On lui donne aussi le surnom de “tête de chat”
  • Le Macau : son feuillage est plus clair que celui de Bretagne car il est cultivé dans le sud-ouest. Son goût reste similaire au gros camus
  • Le vert globe : un artichaut aussi bon cru que cuit, il est rustique et d’une taille moyenne
  • Le vert de provence : une variété de la provence qui peut se manger cru 
  • Le violet de provence : cultivé dans la région méditerranéenne, il est aussi appelé artichaut bouquet pour sa tête violette et son grand nombre de capitules
  • Le salambo : Un artichaut du Roussillon qui a besoin de chaleur pour être cultivé et garder toute sa saveur goûteuse. 

L’artichaut est une plante exigeante qui est capable de vivre jusqu’à 4 ans si l’on cultive celui-ci dans des endroits chauds et ensoleillés, avec des sols riches et bien drainés. En effet, il supporte très difficilement les basses températures, en dessous de -5°C. 

Comment réussir la plantation ou le semis de l’artichaut ? 

La culture artichaut se fait en pleine terre, c’est-à-dire dans un sol où la pollution est inexistante. Ce légume se sème de préférence sous un abri, au chaud entre février et mars et en semis extérieur ou en serre chaude à partir d’avril. La plantation peut aussi se faire en septembre et octobre si la température est douce pour avoir une belle récolte à partir de mai jusqu’à octobre en fonction du cycle de production. La préparation des sols est l’étape primordiale pour permettre une belle récolte. Il est conseillé de faire un apport conséquent de compost pour février/mars et rajouter un apport en azote organique pour le printemps (engrais-N-sang desséché). La température de germination est de 20° à 22°C, il n’est donc pas nécessaire de faire un passage au froid ou un trempage. Concernant le distançage, il vaut mieux laisser 80 cm dans le rang et 1 mètre entre les rangs avec 1 centimètre de profondeur. Enfin, le temps de levée reste de 7 à 15 jours sous abri et de 3 à 4 semaines en pleine terre. Rappelez-vous que si vous plantez au printemps, vous récolterez l’été suivant et si vous plantez à l’automne, vous récolterez au printemps suivant.  

Comment cultiver l’artichaut ? 

L’artichaut fait partie des légumes qui apprécient le climat doux avec des températures chaudes et un environnement ensoleillé. Il craint par-dessus tout les gelées sans protection sur des terrains lourds. L’artichaut a aussi besoin d’espace pour grandir et éviter le développement de maladies. Concernant l’emplacement, il est tout à fait rationnel de vouloir cultiver les artichauts dans un potager, mais il est également possible de cultiver ce légume sur une terre de jardin parmi les fleurs grâce à ses plantes violacées très graphiques. Par ailleurs, veillez à ce que les artichauts soient protégés des vents dominants et d’amender la terre en apportant du fumier l’automne avant sa plantation à la fin de l’hiver. Enfin, l’artichaut est une plante vivace comme l’asperge, par conséquent, il s’inscrit pas dans une rotation de culture. Il est important de prévoir un emplacement de trois ans pour votre culture d’artichaut. En effet, l’artichaut demande beaucoup de jardinage entre l’arrosage et les semences ce qui épuise les sols. Petit conseil, n’hésitez pas à nourrir votre sol avec un engrais vert entre les cultures. 

Quelques conseils pour l’entretien de l’artichaut 

L’entretien de l’artichaut est à mener rigoureusement au quotidien pour éviter la sécheresse, les maladies, ou encore les ravageurs. Dans ce cadre, il est conseillé d’appliquer les règles suivantes : 

  • Binez régulièrement la terre afin de l’aérer
  • Arrosez les sols sans trop d’abondance sans attendre que le sol soit sec. Utilisez l’eau de pluie pour une meilleure pénétration des sols et une économie d’eau
  • Procédez à un paillage végétal en disposant d’une couche d’au moins 5 cm pour limiter l’évaporation de l’eau 
  • Rassemblez les feuilles mortes autour du pied de l’artichaut dès l’automne pour les protéger des premiers gels. En hiver, les feuilles mortes ne suffiront pas, utilisez un voile d’hivernage, attachez les et buttez les. Il s’agit de placer l’ensemble du feuillage au-dessus du cœur après avoir coupé le haut des feuilles, puis de les attacher avec un fil souple. Pour finir, entourez la terre et le feuillage du voile
  • Prélevez annuellement les oeilletons pour renouveler vos pieds (seulement 4 oeilletons par pied)
  • Renouvelez l’apport du fumier tous les ans en apportant un complément (le lithothamne) toutes les 3 semaines en alternant avec l’azote organique
  • Coupez les tiges qui ont fleuries avant l’hiver. 

Les associations à faire et celles à éviter avec l’artichaut

Il existe des bonnes et des mauvaises associations pour l’artichaut, le tout est de savoir lesquelles sont à privilégier et les autres à bannir : 

  • Les association à faire : 
    • La fève, les haricots et les pois apporte de l’azote au sol et l’artichaut reste un légume très gourmand
    • l’oignon éloigne les parasites comme les pucerons. 
  • Les associations à éviter : 
    • le fenouil qui gêne la croissance des artichaut
    • le persil nuit à la culture de l’artichaut.

Comment récolter l’artichaut ? 

La récolte des artichauts se fait en fonction de la période de plantation. De manière générale, vous pourrez récolter ces légumes à partir du printemps et jusqu’à l’automne pour les plus jeunes plants. Pour savoir quand les récolter, fiez-vous aux boutons, lorsque les écailles situées au sommet du bourgeon s’écartent et qu’elles cassent sous la pression. Le moyen le plus simple reste de détacher la tête en l’agitant dans tous les sens si vous mangez celui-ci le jour même. Sinon, il vaut mieux couper le pédoncule à environ 10 cm en dessous du bourgeon pour conserver le légume plus longtemps. Vous pouvez aussi conserver quelques têtes en attendant la floraison qui s’avère être magnifique. À savoir, que le rendement moyen d’un pied d’artichaut donne généralement 3 à 4 gros capitules la première année, puis de 6 à 10 gros capitules par la suite. Lorsque la récolte est faite, vous pouvez les conserver crus jusqu’à une semaine dans votre frigo et une journée seulement lorsqu’ils sont cuits. 

Quelques recettes à cuisiner avec l’artichaut 

Les têtes d’artichaut peuvent être consommées soit crues soit cuites. Par ailleurs, cela dépend aussi de la variété du légume. Par exemple, le violet poivrade est à consommer entier ou pelé et cuit. Le violet italien, quant à lui, se mange cru, tranché avec des ingrédients simples comme du sel, du jus de citron et de l’ huile d’olive. Lorsque vous cuisez l’artichaut, vous pouvez utiliser des feuilles de laurier pour parfumer la cuisson. Pour les plus gourmands d’entre vous, n’hésitez pas à l’accompagner d’une vinaigrette et mayonnaise ou encore de mettre une sauce béchamel ou hollandaise dessus. Enfin, le cœur d’artichaut est souvent mis en conserve ou mariné pour l’utiliser dans des salades. 

Les Maladies et ravageurs de l’artichaut

L’artichaut fait partie des légumes qui ont une faible tolérance face à la maladie et aux ravageurs. voici une liste exhaustive et comment combattre ces infections : 

  • Le mildiou : les premiers symptômes apparaissent lorsque vous remarquez la présence de fructifications blanches. Celles-ci apparaissent en période de production surtout sur les jeunes plantes ou les drageons. Pour éviter cette maladie, n’hésitez pas à surveiller régulièrement votre potager au printemps et de pulvériser une solution de bouillie bordelaise en prévention 
  • La ramulariose : maladie provoquant des tâches nécrotiques et grisâtres sur les feuilles. Cette infection apparaît lorsque les températures sont élevées au cours de l’été ou lors des canicules. Un traitement préventif existe à base de fongicide cuprique 
  • Les pucerons verts : Ces ravageurs viennent en masse sur le feuillage au printemps et ne sont pas très dangereux si les artichauts n’en sont pas infestés. Dans le cas contraire, utilisez du savon noir pour nettoyer les feuilles
  • Les escargots : Ces mollusques aiment les artichauts pour leur abri. Utilisez donc des pièges anti-limaces, des cordons de cendre ou des coquilles d’oeufs.

Pour résumer, l’artichaut est une plante vivace qui peut vivre des années si la culture est bien protégée en hiver en cas de gelées. Ce légume est très gourmand en eau, même s’il redoute que les sols soient trop humides, surtout quand l’eau stagne au niveau des racines. Concernant l’entretien, il est conseillé de traiter dès le départ de la végétation avec un fongicide et renouveler après chaque période d’humidité. La culture de l’artichaut demande des sols de qualité, n’hésitez donc pas à enrichir vos sols avec du compost et d’ameublir celui-ci pour cultiver ces légumes dans de bonnes conditions. Enfin, la récolte doit se faire juste avant la floraison et lorsque les capitules sont tendres et couper à environ 15 cm du pédoncule. Pour obtenir le meilleur rendement, il est primordial de protéger vos artichauts durant l’hiver en coupant les tiges et en formant un monticule de terre autour avec un épais paillis de feuilles mortes. Lorsque les températures deviennent plus douces au début du printemps, retirez le paillis de feuilles mortes, le monticule de terre et conservez seulement 2 à 3 tiges les plus robustes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.